Savant / BARON Richard.

Baron richard

1847-1907 Madagascar 
protestant 

Richard Baron a passé 32 ans à Madagascar en tant que missionnaire au LMS (London Missionary Society). Durant cette période, il a acquis une réputation scientifique bien méritée dans les domaines de la botanique et de la géologie à Madagascar, devenant l’un des experts les plus compétents de chaque domaine à cette époque.

Baron est né le 8 septembre 1847 à Kendal, en Angleterre. Pendant qu’il se préparait au ministère pastoral dans l’Église congrégationaliste, il a assisté à des conférences données dans son séminaire par un conférencier invité nommé William Ellis. Ellis a raconté avec enthousiasme comment le peuple malgache embrassait le christianisme après la conversion de leur reine Ranavalona II et de son premier ministre Rainilaiarivony. Pour cette raison, et en réponse à un appel d’Ellis, Baron s’est porté volontaire pour aller à Madagascar. Il partit pour Madagascar en 1872 et commença à travailler dans la province centrale d’Imerina. En 1878, il a été envoyé à Fianarantsoa pour quelque temps et il est retourné à Antananarivo en 1880. Il est resté là pour le reste de sa carrière et a été chargé d’Ambohidratrimo, d’Amparibe et d’autres districts près de la capitale.

Indépendamment du ministère régulier qu’il exerçait dans les églises et les écoles dont il avait la charge, il écrivit d’importants commentaires sur divers livres de la Bible, composa des cantiques et rédigea un recueil de cantiques. Il pouvait parler malagasy exceptionnellement bien et sans accent étranger, et ses amis malgaches ont dit qu’il pouvait facilement être confondu avec un locuteur natif à cet égard. Il est fort probable que parmi tous les missionnaires, il était le meilleur à parler malgache.

Baron a entrepris plusieurs voyages importants pour la mission et a voyagé dans différentes zones périphériques de l’île. En 1891, l’un de ces voyages dans le nord le fit voyager «à douze cents milles dans une chaise berline [ou palanquin]», qui était le titre de son rapport.

Le temps dont il disposait lors de ces voyages était bien passé et il a réussi à rassembler toutes sortes de documents scientifiques. Par exemple, il a rassemblé des expressions parlées dans les divers dialectes, qu’il avait publiés plus tard. Encouragé par sa seconde femme (Baron se remarie trois fois), il commence à étudier la botanique. Il a publié plusieurs articles importants sur le sujet, et on estime qu’il a recueilli «de 4 000 à 5 000 plantes, dont beaucoup étaient encore inconnues de la science», les envoyant à Kew Gardens, à Londres. Pour cette raison, il a été nommé membre de la Linnaean Botanical Society de Londres, ce qui explique également pourquoi de nombreuses plantes malgaches portent le préfixe de qualification Baroni .

Baron a acquis le même niveau de notoriété dans le domaine de la géologie, et il convient de noter, en ce qui concerne son caractère, qu’il a lui-même appris l’allemand afin de pouvoir lire des ouvrages académiques sur le sujet. Les institutions scientifiques ont rapidement reconnu la valeur de son travail et l’ont aidé. Il a été nommé membre de la Geological Society of London et la Royal Society lui a offert un microscope pour étudier les structures des roches. Il a également reçu le prix Murchison pour la recherche géologique.

L’administration française lui a également offert un poste élevé dans le service des mines et de l’ingénierie (national), mais il a refusé, arguant que, si utile et si intéressant, la géologie était secondaire à son travail missionnaire. En 1903, il accepte néanmoins un long voyage de prospection géologique dans la région du nord-ouest, accompagné du capitaine Mouneyres. À un moment, il est également devenu vice-président de l’Académie Malgache.

Bien qu’il ait mené des études botaniques et géologiques au plus haut niveau de la recherche scientifique universitaire, il convient de noter qu’il a pu enseigner cette science à ses étudiants et qu’il a écrit des manuels sur ces domaines scientifiques en malgache.

Il a été dit de lui, à juste titre, qu’il était «un homme de nombreux talents qui a eu une influence sur la vie malgache à bien des égards».

Richard Baron est mort à Morecambe, en Angleterre, le 12 octobre 1907.

JT Hardyman, L. Molet

Principales publications:

Ny Filazantsaran’i Lioka [Commentaire sur l’évangile de Luc], Antananarivo, 1927 (troisième édition).

Epistement nosoratan’i Jakoba [Commentaire sur l’épître de James], Antananarivo, 1916 (deuxième tirage).

Bilan décennal du travail missionnaire à Madagascar, 1880-1890 (éditeur), Antananarivo, 1890.

«Sur un nouveau terrain: un voyage à Mandritsara et sur la côte nord-ouest» Antananarivo Annual , 1887, pp. 261-282.

«Douze cents milles dans un palanquin» Antananarivo Annual , 1892, p. 434-458.

Botanique (en malgache), Antananarivo, 1882.

«Sur la flore de Madagascar» Journal of Linnaean Society, Botany , Londres, 1889, pp. 246-294.

«Compendium des Plantes Malgaches», Un recueil de plantes malgaches, Revue de Madagascar , (série d’articles sur les années 1901 à 1906), Paris.

«Notes sur la géologie de Madagascar», revue trimestrielle de la Geological Society , 1889, p. 305-331.

Géologie (en malgache), Antananarivo, 1896.

Baron et Mouneyres, «Rapport sur une tournée géologique effectuée en 1903 dans le Nord et le Nord-Ouest de Madagascar» [Rapport sur une expédition géologique entreprise en 1903 au nord et au nord-ouest de Madagascar], Bulletin économique de Madagascar , Marseille, 1er trim., 1904, pp. 1-20.

Cet article, reproduit ici avec permission, est tiré de « Hommes et Destins: Dictionnaire biographique d’Outre-Mer » vol. 3, publié en 1977 par l’Académie des sciences d’Outre-Mer (15, rue la Pérouse, 75116 Paris, France). Tous les droits sont réservés.

 

 

Perikopa

Febroary: Mitondrà Teny soa mahafaly

| | 24. Ala.VIIman.ny Epifania
Nah 2.1-5/ Lio 20.1-8 /1Kor 15.1-11

Martsa: Manamasina fiainana ho an'ny Tompo

| | 03. Alah.IVman.Epifania
Isa 52.7-12/ Mar.1.35-39/ Rom 10.11-17

| | 10. Karemy I
Isa 62.6-12 / Lio 9.57-62 / Rom 6.15-19

FJKM Fahazavana

Toriteny Mpitandrina Zarazaka Jean Louis

ZARAZAKA Jean Louis, Mpitandrina ,
Mahamasina / 20 01 2019